Association Rèpublicaine Irunaise
"Nicolás Guerendiain"
La défense des valeurs républicaines et la récupération de la mémoire historique
  • Accueil
  • Activités
  • Conférence-débat: "Loi de la Mémoire Historique (État et Pays Basque)"

Conférence-débat: "Loi de la Mémoire Historique (État et Pays Basque)"

Projet du Parlement de l'État / Parlement basque

  • Le 14 octobre
  • 19:00
  • Espacio Palmera-Montero

Cartel

Interview sur Radio Irun avec les deux intervenants (à partir de 1:11:14)

Conférence-débat

Vidéos de l'événement

En juillet dernier, le "Projet de Loi sur la Mémoire Démocratique" a été approuvé par le Conseil des ministres. Il sera prochainement débattu devant les Tribunaux pour son approbation définitive

De son côté, le Parlement du Pays Basque présentera prochainement la "Loi de la Mémoire Historique et Démocratique du Pays Basque"

La "Réunion d'État des collectifs de Mémoire Historique et des Victimes du Régime Franquiste" a rédigé un manifeste dans lequel, entre autres, ils disent ce qui suit:

  • La déclaration de nullité de la loi d'amnistie de 1977 ou, au moins, de ces sections (article 2, sections e et f) est absolument nécessaire, afin qu'elle ne soit plus utilisée par le pouvoir judiciaire comme une loi de point final, permettant une enquête judiciaire des crimes du franquisme et l'accès à la justice pour les victimes de la dictature.
  • Déclarer les résolutions judiciaires ou administratives invalides, et les tribunaux ou organisations franquistes qui les ont émises comme illégitimes, comme établi dans le projet de loi, n'ont pas une pleine validité juridique. Il est essentiel que les Tribunaux et conseils de guerre franquistes soient considérés comme illégaux et que leurs condamnations, ainsi que toute la législation répressive du régime franquiste, soient déclarées nulles et non avenues, sans qu'il soit nécessaire pour les victimes de la dictature ou leurs proches d'avoir à engager toute procédure judiciaire administrative ultérieure pour procéder à une telle déclaration de nullité.
  • Malgré les progrès que l'État espagnol représente en assumant sa responsabilité directe dans la récupération et l'identification des victimes, le Projet de loi ne garantit pas une protection judiciaire efficace dans le processus de localisation, d'exhumation et d'identification des fosses communes et, cet extrême, est absolument nécessaire d'établir la vérité légale de ce qui s'est passé, la garde légale de toutes les preuves documentaires, ainsi que de rendre justice.
  • Il est essentiel de reconnaître les crimes du régime franquiste comme crimes contre l'humanité et, par conséquent, imprescriptibles, de sorte que l'État espagnol doit ratifier la "Convention sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité" de 1968. De même, nous demandons la reconnaissance de la responsabilité patrimoniale et civile de l'État, des institutions, organisations, entités et individus qui ont bénéficié du pillage et du travail forcé de Franco.
  • Nous exigeons la reconnaissance légale de toutes les victimes du franquisme, du fascisme et du nazisme et le droit d'être considérées et traitées comme des sujets actifs de tous les droits reconnus dans la loi 4/2015, du Statut de la victime d'un crime. Les victimes telles que les personnes assassinées et enterrées dans les fosses communes, les personnes torturées et emprisonnées, les bébés volés, la répression spécifique contre les femmes, les homosexuels, les minorités ethniques, celles qui ont été pillées et expropriées, celles qui ont participé à la guérilla, celles qui ont été contraintes à l'exil, celles qui ont été purgées et licenciés, ceux qui ont subi des représailles pour les actions de la Résistance en dehors de l'Espagne et le reste des victimes du nazisme...
  • En outre, la modification de la loi organique 10/1995, du 23 novembre, du Code pénal, incorporant dans notre droit interne le principe de la légalité internationale et le respect de la législation internationale sur les droits de l'homme.
  • Concernant la période couverte par la loi, nous considérons qu'elle devrait aller jusqu'en 1983 au moins, puisqu'à ce stade il y a eu plus de 300 victimes qui étaient des combattants et des combattants des libertés démocratiques aux mains des forces de l'ordre et des groupes d'autodéfense de la extrême droite. Et dans les cas de bébés volés, la date devrait couvrir, au moins, jusqu'en 1999, année où l'accouchement anonyme est déclaré inconstitutionnel.

Autres documents

Informations sur l'événement

Notre Association organise un Talk-débat pour discuter de ces questions dans lequel nous aurons Pablo Mayoral Rueda (Président de "La Comuna de presos y presas del franquismo") et Josu Ibargutxi San Pedro (Promoteur de la "Plateforme basque contre les crimes du franquisme")

Pablo Mayoral Rueda (Madrid, 1951)

Pablo Mayoral

Il a été arrêté par la police franquiste (BPS) en juillet 1975 et soumis à une cour martiale en septembre 1975, dans laquelle la peine de mort a été demandée. Il est condamné à 30 ans de prison, dans l'un des 4 conseils de guerre, cet été-là, au cours duquel 11 condamnations à mort sont prononcées et pour lesquels cinq jeunes antifascistes sont assassinés le 27 septembre 1975, dernières exécutions franquistes.

Il était dans les prisons franquistes de Carabanchel, Carthagène et Cáceres, il a été libéré le 9 novembre 1977, après avoir passé près de 3 ans en prison.

Il a continué à être membre du P.C.E. (m-l) jusqu'en 1992, et a collaboré à La Editorial Vanguardia Obrera SA jusqu'en 2005. Il collabore actuellement avec la maison d'édition "El Garaje Ediciones".

Il fait également partie de “La Comuna de presos y presas del franquismo”, dont il est actuellement président.

En 2013, à Buenos Aires, il a poursuivi dans le cadre de la "Querella Argentina", entre autres, l'ancien ministre du Travail franquiste Fernando Suárez, accusé d'avoir participé, au Conseil des ministres du 26 septembre 1975, à condamnés et pour lesquels ils ont été abattus, par la police armée et la garde civile, cinq jeunes antifascistes: Xosé Humberto Baena, José Luis Sánchez-Bravo, Ramón García Sanz, Ángel Otaegui et Juan Paredes Manot.

Josu Ibargutxi San Pedro (Eibar, 1949)

Josu Ibargutxi

Prisonnier du régime franquiste de 1968 à 1977 pour son appartenance à l'ETA. Condamné à 56 ans de prison par plusieurs tribunaux franquistes (TOP-Tribunal de l'ordre public, à 6 ans de prison; et par deux tribunaux militaires dans deux conseils de guerre à 50 ans de prison). Il est interné dans diverses prisons de l'État espagnol (Burgos, Soria, Madrid, Santander, Ségovie, Puerto de Sta. María...). Pendant la période carcérale, il évolue idéologiquement, quitte l'ETA et rejoint l'organisation LCR. Il a participé à la soi-disant "Evasion de Ségovie" en avril 1976, au cours de laquelle il s'est évadé avec 28 autres compagnons, dont la plupart ont ensuite été arrêtés. Une fois détenu par la garde civile dans les montagnes navarraises, il a été transféré à l'ancienne prison de Puerto de Santa María, d'où il a été libéré en 1977.

Co-fondateur de l'Association Basque "Goldatu", créée dans le but d'organiser les personnes qui ont lutté contre le franquisme dans sa dernière étape : la génération qui, à partir des années soixante, a affronté la dictature et a subi, pour cette raison, la torture , la prison, la mort, l'exil, la clandestinité et les représailles les plus diverses.

Goldatu” (www.goldatu.eus) est une association plurielle et indépendante dont le référent est le même que cette génération a toujours partagé: la lutte pour la liberté et la défense des droits du Peuple Basque et de toutes les personnes et Peuples, avec en pour construire un monde meilleur et plus juste.

Promoteur de la "Plateforme basque contre les crimes du franquisme" après avoir comparu en avril 2012 avec d'autres collègues en tant que plaignant contre Franco devant le tribunal de Buenos Aires. Ladite plate-forme est un participant au coordinateur de l'État CEAQUA (www.ceaqua.org) qui intègre les plates-formes de divers territoires de l'État espagnol.

Leandro Agirretxe, 1, Local 4
Centro Cívico Palmera-Montero - 20304 Irun
Tel: 669 075 423